Le Bon Coin : infos pratiques

Le Bon Coin est un site de petites annonces gratuites, qui faisait parti du Groupe Spir Communication jusqu’au 22 Septembre 2010. Il est désormais la propriété du Groupe Schibsted, déjà propriétaire du célèbre site d’informations 20minutes.fr. Il est basé sur le modèle suédois Blocket, est gratuit, accessible à tous, et permet de mettre en ligne très facilement une petite annonce.

Le Bon Coin : un véritable phénomène

L’atout majeur expliquant son succès fulgurant en France est le système de géolocalisation des petites annonces, selon la région de l’annonceur. Ainsi celui-ci mentionne lors du dépôt de son annonce sa région, et celle-ci est alors automatiquement classée avec les autres transactions du même voisinage. Ce système facilite grandement les ventes, achats, échanges et donations entre voisins. Son slogan est d’ailleurs “Vendez et Achetez près de Chez Vous”.

Le Bon Coin.fr est visité chaque mois par une dizaine de millions de visiteurs uniques, le classant ainsi dans le top 20 des sites les plus visités de France, et bénéficie, selon les chiffres du mois d’Octobre 2011, d’une base d’environ 15 millions d’annonces.

Il revendique être le premier site de petites annonces immobilières de France, devant les célèbres Seloger.com et Paruvendu.fr, et le second dans le domaine de l’emploi, après Pole-emploi.fr.

Il s’adresse aussi bien aux particuliers qu’aux professionnels désireux de mettre en ligne leur annonce gratuite. Toutefois, certaines sections sont payantes, ainsi qu’un certain nombre d’options. C’est pourquoi on parle d’accès “freemium”, pour décrire un site cumulant les avantages et les inconvénients du gratuit et du payant.

Le Bon Coin : un peu d’histoire

C’est au premier trimestre de l’année 2006 que Le Bon Coin a été lancé par le Groupe français Spir Communication, qui était déjà à l’époque propriétaire des sites d’annonces Topannonces.fr et Logic-Immo, et le Groupe norvégien Schibsted.

L’idée de base était de faire quelque chose de simple et de local. Il n’était pas prévu initialement d’en faire un site gratuit, mais il est apparu au fil du temps, qu’un modèle économique basé sur la publicité, était avantageux à la fois pour les propriétaires du site et les utilisateurs.

En 2007, soit seulement quelques mois après son lancement, le mot “Le Bon Coin” est devenu le mot le plus recherché sur Google France. Ce phénomène perdure d’ailleurs jusqu’à ce jour, mais avec de nouvelles déclinaisons, telles que “Bon Coin” ou encore “Au Bon Coin”.

Dans le courant de l’année 2007, le nombre d’utilisateurs a littéralement explosé, et Le Bon Coin a connu une croissante fulgurante, avec en moyenne 30.000 annonces déposées chaque mois.

Ce succès n’aura pas échappé aux arnaqueurs et autres escrocs qui ont commencé à le polluer d’annonces trompeuses et malhonnêtes. On se souviendra ainsi de célèbres affaires en 2008, où des personnes se sont fait piéger en payant par mandat cash des biens qui n’ont jamais été livrés.

A partir de l’année 2009, leboncoin.fr prend un nouveau tournant, et modifie quelque peu son modèle économique, en proposant des annonces payantes. A ainsi été crée l’option “Annonces à la une”, ainsi qu’une version pour les professionnels.

Le véritable tournant aura eu lieu en 2010, avec la cession des parts détenus par Spir Communication au norvégien Schibsted, moyennant plus de 200 millions d’euros.

En 2010 et 2011, le nombre de visiteurs a explosé, en en faisant l’un des premiers sites de France en terme de visiteurs, largement devant ses concurrents, dont notamment le site Placedubondeal.fr qui est également un bon coin pour poster ses annonces.

Pour la fin de l’année 2011, une version pour smartphone de Le Bon Coin devrait être proposé gratuitement à tous. A noter qu’une version mobile était déjà existante.

Il est plus que probable qu’à l’avenir, il s’installe durablement comme leader dans le domaine des petites annonces gratuites, d’autant qu’en période de crise, son modèle est idéal pour réaliser, à moindre coût, de bonnes affaires.




Partagez sur les réseaux sociaux :


Commentaires



Article rédigé par Laurent Fernandez.